07/07/2007

rimbaud photo du net

rimbaud

Il a écrit de si jolies choses, de si terribles aussi que je ne sais lesquelles mettres, je vais écrire une partie de celle que je préfère,

 

  " J'écrivais des silences , des nuits , je notais l'inexprimable . Je fixais des vertiges."

 

Je me suis baigné dans le poeme 

de la mer infusé d'astres et lactescent 
dévorant les azurs verts , où , flottaison blême
et ravie , un noyé pensif parfois descend (...).
 
J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
Est-ce en ces nuits sans fonds que tu dors et t'exiles ,
Millions d'oiseaux d'or , ô future Vigueur ?  "
arthur RIMBAUD

22:19 Écrit par PENELOPE dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.